MVT Architectes - Concours collège Calmette - Notre Dame de Gravenchon (76)
MVT Architectes - Concours collège Calmette - Notre Dame de Gravenchon (76)
MVT Architectes - Concours collège Calmette - Notre Dame de Gravenchon (76)

   Reconstruction du collège Calmette – Notre-Dame-de-Gravenchon (76)

Lieu Notre-Dame-de-Gravenchon (76)
Programme Reconstruction du collège Calmette
Maîtrise d'ouvrage Publique
Surface -
Coût travaux HT -
Avancement -

1– INTRODUCTION

La reconstruction « in situ » du collège Albert Calmette nous place face à une problématique double : d’une part, apporter une réponse

architecturale plus séduisante, plus fonctionnelle et plus performante que l’existant et d’autre part, dans une logique économique et écologique, utiliser / recycler ce qui peut l’être de l’actuelle disposition. La forte déclivité du terrain nous a semblé être, parmi les singularités du site, le vecteur décisif d’une telle approche de requalification globale de l’établissement, tant du point de vue de ses accès, de son orientation que de ses impacts urbain et paysager.

2 – LOGIQUE D’IMPLANTATION

L’implantation de notre projet répond d’abord à trois paramètres liés directement au cadre bâti alentour :

– Trait urbain et paysager majeur de cette partie de la ville, le large chemin piétons reliant le centre de formation de l’AFPI, la salle municipale l’Escale et l’actuel parvis du collège tourne court en bordure de la rue Maridor. Il nous a semblé pertinent de le poursuivre dans la pente à travers le site et le projet pour renforcer sa valeur territoriale structurante. Il devient ainsi parvis, puis hall, puis espace récréatif jusqu’à se fondre en partie Sud du terrain aux abords du parc du Théluet. Cette continuité du cheminement depuis la rue, travaille à atténuer les coupures urbaine et fonctionnelle résultant de la déclivité naturelle du lieu en évitant de grands remodelages du terrain. « Acte fondateur » de la nouvelle implantation, elle entraîne par son tracé sinueux un mouvement de pivotement et de pliage de l’établissement dans le terrain, optimisant ainsi l’orientation des locaux et l’ouverture vers le parc.

– En bordure Sud / Ouest, la dominante pavillonnaire voisine nous a fait privilégier la localisation des logements de fonction, traités comme une succession de plots qui suivent la déclivité naturelle et assurent la transition volumétrique avec le collège.

– Enfin la conservation et la réorganisation du parking et de la cour existant en bordure Nord / Est permet de minimiser l’impact sur le site des besoins importants de stationnement pour le personnel, tout en maintenant une respiration avec l’établissement riverain.

3 – IMPACT ARCHITECTURAL

La position du terrain en limite urbaine et aussi l’échelle et la physionomie du bâti environnant, militent pour une architecture contextuelle se lovant dans le terrain et dialoguant avec le paysage du parc. Ce dialogue et le rapport à la pente se traduisent d’abord par la mise en œuvre d’effets de toiture : tel un origami, le pliage des toitures à faibles pentes évoque un soulèvement de terrain recouvrant d’un manteau vert les espaces scolaires. Concilier forme protectrice et fragmentation est le deuxième axe conceptuel qui s’articule au thème de l’extension du chemin piétons pour marquer une rupture par rapport à l’image antérieure d’un collège rigide et orthogonal ; on peut y voir la volonté de nouer un nouveau lien entre l’apprentissage du savoir (le « chemin ») et les inclinations naturelles des élèves (la « pente »).

Les deux matériaux de couverture, le zinc prépatiné et la toiture végétalisée, constituent une sorte d’écorce qui joue un rôle protecteur côté vents dominants et côté Nord et se détache pour ouvrir vers le paysage et le soleil. Le bois décliné en brise-soleil vient habiller et animer les différents creux ménagés sous cette écorce en vibrant avec les jeux de volume, de teinte et de percement. Dans cette logique, les volumes spécifiques de la salle polyvalente et du restaurant ainsi que celui du CDI traité sous forme de bow-window vitré, ponctuent et animent les deux principaux vides que sont le parvis et la cour de récréation.

4 – ORGANISATION FONCTIONNELLE ET RESPECT DES IDEES DIRECTRICES DU PROGRAMME

Deux éléments ont été déterminants dans l’organisation du collège : d’une part, l’enjeu d’aménagement du hall d’accueil sur deux

niveaux, compatible avec les impératifs d’encadrement des élèves et d’autre part, le positionnement du restaurant au Nord / Est de la parcelle, pour bien s’articuler avec l’orientation Sud de la cour et pour éviter que les émanations de cuisine ne nuisent aux autres locaux.

Répondant à ces impératifs, l’organisation des locaux scolaires s’effectue sur trois niveaux (rez-de-jardin, rez-de-chaussée et étage) autour de trois lieux distributeurs principaux qui sont reliés au niveau de la cour de récréation par une galerie contenant les casiers.

– Le hall d’entrée distribue, au RDC côté parvis, les locaux devant être à l’interface avec l’extérieur (administration, salle polyvalente, bureau d’accueil des parents). Côté cour de récréation, il donne directement sur les bureaux du CPE et des surveillants et dessert l’accès à la salle d’études et aux locaux médicaux. Les liaisons fonctionnelles et visuelles sont assurées par un large escalier qui relie les trois niveaux.

– Au centre des espaces scolaires, l’atrium est un noeud de circulations. Ouvert largement au Sud, il constitue le lieu d’animation principal du collège (accès aux différentes ailes de salles de classe, au préau, aux sanitaires, au CDI).

– Bien orienté au Sud sur la cour de récréation, le préau prolonge l’atrium en distribuant notamment le restaurant, le foyer des élèves et les sanitaires.

Les salles techniques, les salles de dessin et d’informatique, sont localisées à l’Est et au Nord en respectant les préconisations du programme. Le CDI à R+1, est à la fois ouvert sur la ville et central, entre hall et atrium. La salle de musique est plus isolée au Sud et bénéficie d’une acoustique spécifique.

Les locaux annexes sont desservis par deux accès secondaires : l’un rejoint au Nord, la cour de service qui distribue les locaux techniques et de maintenance, une zone pour la restauration et une zone pour la chaufferie bois ; l’autre distribue au Sud via des allées traitées en voirie mixte, les logements groupés en maisons de ville avec jardins indépendants ; elle permet aussi de rejoindre la cour de récréation et de desservir de façon sécurisée le service médical et le local des VTT. Le long de ces deux accès, sont répartis de façon discrète les stationnements du personnel avec des possibilités d’accès au plus près des différents locaux.

MVT Architectes / C.Mahe-Verdure & J.Thirel – Architectes associés / 2018 / Tous droits réservés – Mentions légales – Réalisation : Bien dans sa Com’